Au Royaume-Uni, un chirurgien a été suspendu de ses fonctions, soupçonné d´avoir écrit ses initiales sur le foie tout juste transplanté d´un patient.



Après le marquage au fer rouge, voici venu l´inscription au gaz argon. Au Royaume-Uni, unchirurgien a été suspendu de ses fonctons, soupçonné d´avoir inscrit ses initiales sur le foie de l´un de ses patients.


Selon le 
Daily Telegraph, Simon Bramhall, le médecin en question, travaille à l´hôpital public de Birmingham, dans le centre de l´Angleterre. Au cours d´une opération, il aurait écrit "SB" sur le foie tout juste transplanté de son patient. D´après le journal, le chirurgien aurait utilisé du gaz argon, fréquemment utilisé en chirurgie, pour réaliser son "marquage". Ce n´est que quelques mois plus tard, lors d´une opération de routine, qu´un second chirurgien fera cette étrange découverte.


L´homme au foie marqué, seule victime ?


Les autorités sanitaires publiques ont confirmé enquêter sur des allégations visant un chirurgien à l´hôpital Queen Elizabeth à Birmingham. "A la suite d´accusations de faute professionnelle, University Hospitals Birmingham NHS Foundation Trust a suspendu un chirurgien le temps de conduire une enquête interne", ont expliqué les autorités sanitaires locales, sans toutefois préciser l´identité du chirurgien ni les raisons de sa suspension. Si l´accusé s´avérait être le coupable, il se pourrait que d´autres patients portent ces inscriptions sur l´un de leurs organes, car selon un employé de l´hôpital, Simon Bramhall aurait effectué "des centaines de greffes".





Source : Réponse a Tout