Fêté le 14 février, Saint Valentin est le patron des amoureux depuis le XVe siècle. Mais qui est-il réellement ? Pourquoi son prénom est-il associé à la fête de l’amour ? Les historiens hésitent.

Commercial pour certains, romantique pour d’autres, le 14 février est le jour dédié à la passion depuis plus de cinq siècles. Plus précisément, Saint Valentin est devenu le patron des amoureuxen 1496. Petit problème : au moins sept saints portent le prénom « Valentin ». Lequel d’entre eux célèbre-t-on le 14 février ? Difficile de trancher. Les historiens hésitent entre trois personnalités :Valentin de RomeValentin de Terni (Italie) et Valentin de Rhétie (Allemagne), les plus connus des Valentin dans l’histoire religieuse. Présentation.

 

Valentin de Rome : le sauveur des amoureux

Le Valentin le plus célèbre est originaire de Rome. En 268, l’empereur Claude II abolit le mariage, jugé néfaste d’un point de vue militaire. D’après le souverain, les soldats mariés sont moins fiables car ils souhaitent restés auprès de leur famille plutôt que de partir au combat. Le prêtre Valentin décide de partir à la rescousse des amoureux. Il invite les fiancés à le retrouver en secret pour recevoir leur bénédiction de mariage. Démasqué, il est arrêté et condamné à mort. La légende raconte que lors de sa détention, avant l’exécution, il s’est lié d’amitié avec la fille de son geôlier, aveugle, et lui a redonné la vue. Juste avant d’être décapité, vers 270, il aurait offert à la jeune femme des feuilles en forme de cœur, accompagnées du message suivant : « De ton Valentin ». Des siècles plus tard, après la chute de l’Empire romain, Valentin de Rome fut canonisé en l’honneur de son sacrifice au nom de l’amour.

Valentin de Terni : le prêtre à la rose

Pour certains spécialistes, la Saint Valentin rendrait hommage à l’évêque de Terni (Ombrie, Italie centrale). Né vers 175, il devient évêque en 197. Il aurait guéri plusieurs jeunes gens de manière miraculeuse. Son nom est associé aux amoureux lorsqu’il bénit le mariage du soldat romain Sabino à la chrétienne Sérapia. On raconte, par ailleurs, qu’il offrait une rose de son jardin, symbole de l’épanouissement de la vie, à chaque couple qu’il bénissait. Valentin de Terni serait mort le 14 février 273, à l’âge de 98 ans. Il est proclamé Saint patron de Terni plus de 1 000 ans plus tard, en 1644. Aujourd’hui, de nombreux amoureux d’Italie et d’ailleurs viennent se marier à labasilique de Terni le 14 février ou y renouveler leurs vœux de mariage.

Valentin de Rhétie : l’imposteur ?

Le troisième Valentin est plus mystérieux. Peu d’informations circulent à son sujet. On sait simplement qu’il est né à Rhétie, en Allemagne, et qu’il a vécu au Ve siècle. Il est souvent représenté avec un enfant épileptique étendu à ses pieds, qu’il aurait guéri. Rien ne vient justifier un éventuel rapport avec la fête des amoureux.

 

La coutume d’envoyer une «Valentine», message d’amour ou d’amitié, le 14 février, serait apparue au Moyen Âge. Selon les spécialistes, elle s’est développée en Grande-Bretagne au XIVe siècle, puis un siècle plus tard en France, par l’intermédiaire de Charles d’Orléans. Revenu au pays après 25 années de captivité en Angleterre, il ramène la tradition au sein de l’hexagone. Chaque année, il envoie à sa dulcinée un billet doux le jour de la Saint Valentin. La pratique est même instituée à la Cour de France. Aujourd’hui encore, les amoureux se retrouvent autour d’un dîner le 14 février et s’offrent des cartes ou des cadeaux. La fête est aujourd’hui critiquée, davantage perçue comme un événement commercial qu’un jour dédié à l’amour.

 

Source : Réponse a Tout