Les conditions du Premier ministre Manuel Valls sur le rachat de Bouygues Telecom par SFR

A l’ordre du jour, le rachat de Bouygues Telecom par l’opérateur SFR. Hier l’annonce d’un rachat de la part du patron d’Altice, Patrick Drahi (Numéricable, SFR etc…) pour la somme de  10 milliards d’euros faisait notamment sauter toutes les alarmes, même celles de Matignon.

 

Le Premier ministre, présent lors d’une réunion au sujet des négociations entre SFR et Bouygues a tenu a imposer pour pouvoir culminer positivement le rachat, cinq conditions importantes dont  la préservation des emplois et la qualité des services pour les clients.

 

Manuel Valls a confirmé son soutien au groupe SFR si les conditions étaient respectées. Selon ses paroles, il faut préserver et développer l’investissement, l’emploi, la qualité des services, l’innovation ainsi que la vente des fréquences, atouts majeurs pour que cette fusion soit acceptée.

 

Le Premier ministre a souligné son intention de discuter non seulement avec Patrick Drahi mais aussi avec les différents opérateurs. Une réunion serait fixée pour le 16 juillet afin de miser sur la qualité du secteur et la préservation des emplois.

 

Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, se montre rétissant à la prochaine fusion SFR-Bouygues et propose également une nouvelle convocation avec le patron d’SFR. Les diverses réactions ne se sont pas fait attendre, les associations de consommateurs craignent la hausse des tarifs comme pour le cas des prix des forfaits qui avaient augmenté un 10% en Autriche en passant de 3 à 4 opérateurs.