Le rachat de Bouygues Telecom par Numéricable-SFR tombé à l'eau

Et oui, après plusieurs semaines de réunions, communiqués et diverses questions à ce sujet, le rachat a été rejetté. Le conseil d’administration de Bouygues Telecom a repoussé définitivement l’offre du patron d’Altice, Numéricable-SFR, Patrick Drahi pour la somme de 10 milliards d’euros.

L’opérateur dirigé par Martin Bouygues aurait refusé l’offre évoquant un manque de sérieux. Selon le journal économique Les Echos, il y aurait un risque important quant à la garantie du paiement car il ne faut pas oublier que Patrick Drahi manque de fonds nécessaires pour conclure le rachat et se verrait obliger à financer la dette. Ce n’est pas tout, dans un premier temps, le patron d’Altice, aurait dû diviser Bouygues en deux avant la cession finale et ceci n’était pas envisageable.

 

Bouygues a également tenu a souligné l’importance de la préservation des emplois et les risques sociaux impliqués dans cette opération. Des points que confirmait Manuel Valls, le premier ministre en évoquant les cinq conditions pour permettre le rachat lundi dernier.

 

Lors de la décision du conseil d’administration de Bouygues Telecom de refuser l’offre, Patrick Drahi se trouvait réuni avec le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, qui lui faisait part à son tour de ses doutes. Pour le moment, le patron d’Altice n’a pas lancé de communiqué à ce sujet.