Michel-Edouard Leclerc donne son avis sur le gaspillage alimentaire

Le patron des magasins Leclerc a donné son avis sur le gaspillage alimentaire. Selon les paroles de Michel-Edouard Leclerc, une nouvelle loi ne servirait en rien et il faudrait par contre modifier la législation sur les dates limites de consommation. Celui-ci a ajouté qu’il serait plus important d’aider financièrement les associations pour qu’elles puissent recevoir les dons dans de meilleures conditions.

 

La ministre Ségolène Royal a convoqué ce matin, jeudi 27, une réunion avec les distributeurs. Ceux-ci vont s’y rendre et vont essayer d’attirer l’attention de l’Etat sur l’aide solidaire comme par exemple que ce dernier s’implique financièrement pour aider les associations pour qu’elles aient la possibilité d’acheter des frigos, du matériel de transport ou encore l’appui logistique.

 

Le patron de Leclerc reste firme lorsqu’il souligne que son groupe distribue déja l’équivalent de 25 000 tonnes de nourriture dont 6 000 tonnes pour les banques alimentaires. Leclerc ne comprend donc pas pourquoi l’Etat se permet d’exiger aux distributeurs un engagement qu’ils font déja.

 

Michel-Edouard Leclerc a expliqué que ses magasins sont en partenariat avec une association. Leclerc est une entreprise sociale. Il faut savoir qu’entre 12 et 20 millions d’euros sont gaspillés au total en France entre les restaurateurs, distributeurs ou particuliers.

 

La solution pour lui, serait de modifier la législation sur les dates limites de consommation et de péremption. Cette législation est trop restrictive car beaucoup de produits puorraient parfaitement être conservés plus longtemps. La responsabilité civile des distributeurs est énorme face aux produits qui se trouvent dans les rayons. Arrivés à la date limite ceux-ci sont obligatoirement retirés.