Les constructeurs automobiles européens convoitent l'Iran

En Iran, le secteur automobile est la deuxième industrie plus importante du pays après le pétrole. Celle-ci compte de plus d’un million d’emplois directs ou indirects.

 

Il faut savoir que l’Iran était un des principaux constructeurs automobiles du monde mais avec les sanctions interposées, le manque de qualité de ses produits et le manques de pièces détachées se sont vite fait ressentir.

 

Prochainement et avec la levée des sanctions, le pays s’attend à une hausse des ventes automobiles. A partir de 2017, il est attendu que celles-ci dépassent le million de véhicules neufs vendus.

 

L’économiste Saeed Lerlaz a expliqué lors d’un communiqué qu’Iran Khodro et Peugeot sont en négociations et que d’autres usines iraniennes faisaient de même avec Renault.

Le PDG d’Iran Khodro, quant à lui, a confirmé sa coopération avec les groupes Renault, Peugeot et Suzuki mais que l’entreprise allait également choisir un autre pays européen comme quatrième partenaire. Il s’agit d’un pays européen puissant a t-il ajouté en faisant allusion à l’Allemagne.

 

L’Iran compte produire d’ici 2021, plus de 3 millions de véhicules. Pour atteindre cet objectif, Téhéran envisage la coopération des grands constructeurs automobiles du monde.

 

Malgré les obstacles et avec la levée des sanctions, l’industrie automobile iranienne devrait retrouver le chemin de la croissance et devenir un producteur important dans la région mais également un secteur en hausse pour les constructeurs étrangers.