Réservations à 0 euro mises en place par la SNCF pour les migrants

Une note interne de la SNCF a été diffusée comme mesures exceptionnelles concernant la gratuité des billets de transport pour les migrants. Dans ce document, la société de chemins de fer a détaillé avoir mis en place des réservations à 0 euro qui permettent aux migrants de voyager gratuitement sans que les contrôleurs puissent les verbaliser.

 

Selon la note, l’entreprise a détaillé avoir pris des mesures spécifiques pour faciliter la régulation de la vie à bord.

 

Biensûr, côté politique, ce document a créé polémique pour certains comme par exemple pour Xavier Bertrand, tête de liste des Républicains pour le Nord-Pas-De-Calais et la Picardie qui a affirmé par le biais de Radio Classique et LCI que cette mesure était impossible voir même intolérable et que la SNCF devait apporter d’autres solutions. Aussi, que l’Etat devait s’expliquer sur cette situation.

 

Christophe Piednoël, le directeur de l’information de la SNCF a souligné que l’entreprise n’appliquait aucun traitement de faveur aux migrants et qu’il n’y avait pas de billets gratuits sinon qu’une possibilité de gratuité de la réservation sur des place limitées et numérotées. Ceci permet donc que les migrants restent groupés et ne qu’il n’y ait pas de conflits avec les autres voyageurs qui ont réservé leur place.

 

Ce dernier a également ajouté que ces personnes allaient être controlées comme les autres, mais qu’il fallait comprendre la situation des migrants qui vivent une situation de détresse et de fatigue et donc qu’il est tout à fait normal de les gérer avec humanité.

 

La SNCF a exprimé que ces personnes voyagent toutes avec des titres de transport et que la gratuité des billets n’a été utilisée que 4 fois depuis la mise en place des réservations à 0 euro, le 26 septembre dernier.

 

Le premier ministre, Manuel Valls a communiqué pour sa part que tous les voyageurs doivent être munis de leur titre de transport et que la procédure de contrôle à bord des trains ëtait la même pour tout le monde, migrants inclus.