La SNCF teste un logiciel pour détecter les comportements suspects

La SNCF a annoncé être entrain de tester des logiciels permettant de détecter des comportements étranges et suspects sur ses caméras de vidéosurveillance. Aussi, la compagnie ferrovière invite a confier pleinement, comme le prévoit la loi, aux mesures de sécurité complémentaires, déja installées.

 

Le secrétaire général de la SNCF, Stéphane Volant a précisé que suite aux menaces terroristes, l’entreprise expérimentait des nouvelles technologies, grâce à un logiciel d’analyse comportementale et qui sera intégré dans toutes ses caméras de surveillance.

 

Ce logiciel en question, comme l’a indiqué le secrétaire général du groupe, qui sera installé dans les 40 000 caméras, se base sur plusieurs critères. Ces derniers peuvent détecter un changement de température corporelle, les gestes qui démontrent une certaine anxiété ou encore le haussement de la voix. Aussi le logiciel pourra détecter les bagages ou colis abandonnés.

 

Ce type de logiciel “espion” du comportement qui existe depuis plusieurs années déja est habituellement utilisé en Amérique du Nord, dans les aéroports et aux Pays-bas. Les critères sont divers allant de la température du corps qui augmente en cas de stress par exemple à la démarche des passants ou leurs regards… Le tout, analysé grâce à des caméras infrarouges.

 

Ces comportements doivent être déchiffrés non seulement par le logiciel mais aussi par les agents de sécurité. Ces derniers doivent trier les alertes afin d’éviter les faux positifs.

 

La SNCF travaille également sur la possibilité d’équiper ses agents de sécurité de petites caméras. Ceci pourrait également identifier les comportements suspects et les fraudes.