Aucune fraude pour le groupe Renault soupçonné sur ses émissions polluantes

Renault a annoncé hier, jeudi 14 que la Direction de la concurrence s’était rendue sur trois de ses sites pour procéder à une enquête concernant la fraude des émissions polluantes.

 

Le résultat de l’enquête a été favorable pour le groupe car il n’y a pas de logiciels de fraude sur les véhicules de la marque. Ségolène Royal a communiqué sa confiance totale auprès du constructeur français.

 

Par contre, l’enquête gouvernemental a confirmé que les dépassements de normes ont été détectés chez Renault. Ce n’est pas le cas par contre pour son concurrent, PSA Peugeot Citroën.

 

De son côté, le groupe a signalé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes qu’un complément d’investigation allait être effectué. Les sites visités par les enquéteurs étaient celui de Lardy (Essonne), Guyancourt (Yvelines) ainsi que le siège de Boulogne-Billancourt. Renault équipe également Nissan et Daimler avec ses moteurs diesel.

 

En ce qui concerne les dépassements de normes, le vice-président écologiste de l’Assemblée Nationale, Denis Baupin a indiqué que les tests avaient été faits sur 2 véhicules, une Renault Captur et une Renault Espace. Ce dépassement est au moins 3 à 5 fois plus important que les homologations.

 

Des tests aléatoires vont être exécutés jusqu’au mois de juin.