Apple et le FBI continuent leur bataille devant le Congrès

L’histoire continue et le bras de fer entre la marque à la pomme et le FBI se poursuit devant le congrès. Les entreprises américaines des télécoms avaient toujours aidé le FBI au sujet des écoutes, des déblocages ou encore des interceptions d’emails.

 

Mais voilà, que le patron d’Apple, Tim Cook menace de rompre cet accord et de ne pas aider les autorités. Apple refuse d’accéder à l’iPhone du terroriste de San Bernardino

 

Depuis le 1er mars, le géant américain et le gouvernement sont à l’ordre du jour avec des auditions devant la Commission des affaires judiciares du Congrès. Le patron d’Apple a déja accepter de débloquer des téléphones dans le passé mais toujours sur l’ordre des tribunaux. Ce dernier n’a jamais dissimulé sa réticence.

 

En 2014, Apple avait dévoilé son système d’exploitation iOS 8, suite aux fameuses révélations de Snowden. Le but de la firme était de protéger les utilisateurs face aux hackers par exemple mais aussi au gouvernement. Sur iOS 8, le mot de passe pour débloquer le terminal, est configuré par l’utilisateur. Personne à part ce dernier ne peut alors y accéder.

 

Si le FBI ou la NSA demandent par voie judiciaire que la marque débloque le téléphone, les avocats de celle-ci peuvent alors répondre que cette tâche est totalement impossible. Le FBI a proposé une possible manière d’accéder au terminal du terroriste, celle de désactiver le système d’exploitation et permettre ainsi une recherche massive de détection de code ou mot de passe. Pour l’instant, Apple résiste et la bataille juridique ne fait que commencer.