Les soldes 2017 sont pour bientôt, attention aux arnaques!

Avec l’été, arrivent les petits prix et les enseignes de prêt-à-porter, électronique, jouet, voyage… s’organisent déjà pour offrir à leurs clients des soldes incroyables sur une large gamme de produit.
Bien que les soldes en magasins soient étroitement surveillées par les associations de consommateurs, qu’en est-il des soldes on-line ?

Les e-soldes: arnaque?

De fin 2015 à fin 2016, la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation, et de la Répression des Fraudes) à mené une enquête de plusieurs mois, afin de démontrer les arnaques et fausses promotions sur internet. Le principe était de vérifier les annonces « soldes » sur internet afin de contrôler l’e-commerce dans son ensemble. Durant cette enquête la DGCCRF a contrôlé la majorité des grandes entreprises de e-commerce en France et dans le monde. Ainsi Amazon, Zalando, Vente-Privée, GrosBill, Gérard Darel, Comptoir des cotonnier,… et bien d’autres se sont vu condamnées à une amande d’un montant total (toutes entreprises confondues) de 2.4 millions d’euros, une première dans le e-commerce. Vincent Designolle, directeur de la DGCCRF raconte au Parisien que « pendant plusieurs mois, nous avons réalisés des relevés de prix sur quelques produits » : prés de 116.000 établissements et 11.000 sites internet ont été contrôlé, et cela se poursuit car la DGCCRF s’est rendu à l’évidence que « le système de fausses promotions est assez généralisé dans l’e-commerce » selon Vincent Designolle.

En effet beaucoup de fraudes ont été constaté, puisque 15.000 procès-verbaux ont été établis, au total 19 entreprises ont déjà été verbalisée : « 1.5 million d’euros a déjà été payé par Amazon, Zalando, et le comptoir des cotonnier, 490.000 euros ont été refusés par H&M, GrosBill, Darel, et Netquattro, mais la procédure continue » affirme Vincent Designolle. En cas de doute sur la fraude, la DGCCRF a eut recours à la perquisition, notamment sur les entreprises Vente-Privée et Showroomprive.com où l’enquête suit son cours.  Cette fraude répétitive au moment des soldes n’inquiète pas seulement les associations de consommateurs et la DGCCRF, puisque Martine Pinville, la secrétaire d’Etat chargée du Commerce est intervenue elle aussi dans le quotidien Le Parisien, elle affirme que « les enquêtes de la DGCCRF se poursuivent en 2017 pour assurer au consommateur qu’une bonne affaire est toujours une bonne affaire ».

Mais en quoi les pratiques des sites de e-commerce sont considérées comme frauduleuses ?

Les sites qui présentent comme des « soldes » des produits qui restent au même prix toute l’année, mais dont le prix de référence à était monté avant l’opération pour afficher un pourcentage de réduction plus intéressant, sont considérés comme frauduleux, comme par exemple Vente-Privée ou Zalando. De même les promotions affichées comme « exceptionnelles » qui sont en réalité répétées chaque année sont considérée comme fausses. La DGCCRF s’intéresse également aux délais de livraison de 30 jours maximum, qui ne sont pas toujours respecté, et de la même façon, elle alerte sur le non-affichage des droits de rétractations, qui permettent aux consommateurs d’annuler sans frais sous 14 jours tout achat en ligne. Plus précisément, le secteur aérien est mis en cause pour annoncer des tarifs qui brusquement augmentes au moment de valider le paiement, ajoutant des options pourtant obligatoires.

Sachant que le commerce en ligne à progressé de 14% entre 2014 et 2015, avec 64.9 milliard d’euros de chiffre d’affaires, 35 millions de français utilisent quotidiennement leurs ordinateur ou Tablet pour acheter en ligne. D’où la nécessité selon la DGCCRF de contrôler d’avantage ce secteur. Bien que celle-ci remarque une amélioration suite aux nombreuses condamnations et amandes, elle rappelle qu’il faut être attentifs: « cela va dans le bon sens, à nous d’être vigilants, en cas de récidive, la justice pourrait aller plus loin ». En effet les géants du web pourraient être obligés de verser jusqu'à 10% de leur chiffre d’affaires en cas de récidive démontrée.

Alors quels sont les astuces pour ne pas tomber dans le panneau ?

Tout simplement ne pas se focaliser sur les réductions. Un gros -50% en rouge clignotant, bien sur ça attire le regard, mais essayez de vous concentrer uniquement sur le prix de référence et le prix de vente, et ainsi calculer vous-même le pourcentage de réduction.
Penser à vérifier les prix à la source : un jean Levis vous plait chez Vente-Privée, avant d’acheter rendez-vous sur la page Levis et vérifier le prix de référence en magasin, si celui affiché chez Vente-Privée est bien au dessus, alors il y a de forte chance pour que la promotion soit frauduleuse.
Et bien sur, prenez le temps de comparer, même si le site où vous avez vos habitudes affiche de très bonnes promotions, jetez un coup d’œil à ses concurrent pour vous faire une idée plus globale du marché.
Sachez également que si vous vous rendez dans un magasin traditionnel type Darty ou Boulanger par exemple, vous pouvez leur demander de s’aligner sur les tarifs e-commerce, ils le feront la plupart du temps.