McDonald's dans le collimateur de la justice pour fraude fiscale

Un restaurant MacDonald's bloqué à Paris par les syndicats

C'était le 25 mars derniers quand le candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélanchon et un groupe de syndicalistes CGT, ont participé au blocage d'un restaurant McDonald's à Paris. Le but de l'opération : dénoncer la "rapacité" et la "cupidité" des multinationales et ainsi plaider pour une meilleure harmonisation fiscale au sein de l'Union Européenne.

C’est un peu après midi que le candidat de la France insoumise a été accueilli par une dizaine de syndicalistes aux portes du McDonald's situé proche de la gare de l'Est à Paris, accueilli par des slogans scandés tels que "si t'aimes pas la fraude fiscale, tape dans tes mains".

Le groupe est actuellement accusé de diminuer artificiellement ses bénéfices, en versant des redevances à sa maison mère située au Luxembourg. Cette manœuvre fiscale lui permet de payer moins d'impôts au gouvernement français. Il est d'ailleurs dans le collimateur du Fisc depuis près de 3 ans à ce sujet, celui-ci cherchant le rapprochement entre ces versements et les services que la maison mère offrent en retour.

Le Candidat veut dénoncé le géant américain qui, pour lui, pratique de l'évasion fiscale et il cite: "McDonald's est le symbole d'un système général de rapacité, de cupidité des multinationales qui pratiquent toutes la fraude fiscale".

McDonald's est sous le joug d'une enquête préliminaire ouverte début 2016 pour "Blanchiment de fraude fiscale en bande organisée" suite aux dépôt d'une plainte d'élus syndicaux. L'affaire suit toujours son cours.

Le secrétaire général du syndicat CGT McDonald's indique que les agissements du groupe ressemblent à de la fraude et que les agissements entre la maison mère et les restaurants donnent lieux à un amoindrissement des bénéfices et donc des impôts, mais permets également de leurrer les employés en supprimant les primes de participation.
Il cite: "Le système de flux financiers qui circulent entre restaurants et maison mère affaiblit chacun de nos restaurants (…) pas de bénéfices, donc pas d'impôts sur les sociétés et pas de prime de participation pour les salariés."

La France reste l'un des pays les plus prolifiques pour la chaîne de fast food, l'annonce des chiffres sur la dernière période précise que le groupe ayant fermé plusieurs centaines de restaurants sur le continents américain, pense faire de même dans d'autres pays d'ici 2020.