Amazon attaqué par la Federal Trade Comsission l'équivalent de notre commission des fraudes

On le sait tous, les enfants peuvent s’ennuyer très vite, heureusement avec les nouvelles technologies de nombreuses options se présentent aux parents. Notamment le portable ou la Tablet, avec leurs milliers d’applications et de jeux, de quoi les occuper un bon moment.
Mais voila, très souvent les applications dites gratuites au moment du téléchargement, sont en fait criblée d’options de paiement pour pouvoir avancer dans le jeu.
Et nos petites têtes blondes, ne se rendant pas compte, peuvent acheter pour très cher leur avancé au niveau suivant. En effet très souvent les appareils permettent ce genre d’achat sans demander de mot de passe, ni de confirmation d’achat ni d’entrer directement les codes de carte bancaire, celles-ci sont préenregistrées et en un click parfois très rapide, vous achetez la version étendue du jeu.

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon est dans le collimateur de la FTC, en juillet 2014 l’agence américaine avait déjà rappelé à l’ordre Amazon mais celle-ci n’avait pas mis en place les bonnes mesures et se retrouve une fois de plus dans le collimateur de la justice. La FTC avait également attaqué Apple et Google, qui eux s’étaient fendus de 32 et 19 millions de dollars de remboursement pour des achats non consenti.

En France, la FTC a son équivalent : la répression des fraudes (DGCCRF), sa dernière action fut en 2014 contre Google et Apple, en les obligeant à montrer clairement le prix de l’application, à mettre en place un mot de passe pour chaque achat et limitant les pubs au sein des applications. Grâce à ses modifications peut de parents ont eu à se plaindre d’achat de leurs enfants. Néanmoins la DGCCRF indique qu’il est préférable de configurer son téléphone ou sa Tablet avec un mot de passe de sécurité : rendez-vous sur Réglage > général > restriction, pour IOS ; et pour Playstore rendez-vous dans Paramètres > mot de passe >commandes utilisateurs.

Suite à la mise en restriction d’Amazon, l’entreprise à décider de ne pas contester l’injonction de la commission et s’est engagée à rembourser tous les achats involontaires, considérer comme trop fréquent sur la période 2011-2016, Amazon devra donc rembourser ses clients à hauteur de 70 millions de dollars.