Suite au scandale des airbags défectueux Takata devra payer une amende record aux Etats-Unis

Après des millions de véhicules rappelés pour le problème des airbags défectueux ainsi que les centaines de blessés et malheureusement une dizaine de morts, l’équipementier automobile japonais Takata a été condamné à une amende record.

 

L’amende civile est de 200 millions de dollars dont 130 millions sont avec sursis. Le ministère a informé dans un communiqué que Takata avait admis avoir été informé d’un défaut et que le groupe avait ordonné les rappels beaucoup trop tard.

 

L’Agence Fédérale de la Sécurité Routière a indiqué que le japonais devra payer immédiatement une amende de 70 millions de dollars puis 130 millions avec sursis, c’est à dire si jamais ce dernier ne respecte pas ses engagements.

 

Anthony Foxx, le secrétaire américain aux Transports a expliqué que le groupe japonais avait construit et vendu pendant des années des airbags défectueux et que celui-ci n’avait pas fourni aucune information détaillée aux clients et au public concernant cette affaire.

 

Concernant les véhicules touchés par ce problème, au total 19 millions de voitures dont 23 millions d’airbags défectueux, 12 constructeurs automobiles sont concernés comme par exemple General Motors, BMW ou encore Ford.

 

Le défaut des airbags Takata est qu’à la moindre collision, ces derniers explosent, projetant des bouts de métal et de plastique sur le conducteur et/ou son co-pilote. Ce défaut a tout de même provoqué 8 morts au total dont 7 aux Etats-Unis.

 

Ceci ne s’arrête pas là pour l’équipementier qui se voit visé désormais par une enquête pénale du Ministère de la Justice aux Etats-Unis ainsi que par des plaintes collectives d’automobilistes. Les problèmes continuent pour Takata avec également des difficultés économiques. Par exemple, le constructeur automobile japonais Honda, 1er client du groupe, aurait informé qu’il n’utiliserait plus les airbags de la marque japonaise.

 

A la bourse de Tokyo et suite à ces dernières nouvelles, les actions de l’équipementier ont baissé de 10% puis suite à l’annonce du groupe Honde, celles-ci ont encore chuté de 20%.