La Slow-Fashion : qu'est ce que c'est ?

L’industrie textile est un des secteurs les plus polluants dans le monde, juste après le pétrole. 25% des substances chimiques produites sont utilisées par ce secteur. De plus, suite au scandale de l’effondrement du bâtiment Rana Plaza au Bengladesh qui avait fait plus de 1000 morts et 2000 blessés, le cabinet Vigeo Eiris s’occupe du bilan de la situation et de l’utilisation de la RSE, la responsabilité sociétale des entreprises,  dans le monde textile. Cette intervention fut demandée par la Fédération Française de prêt-à-porter Féminin.

Le cabinet Vigeo Eiris déclare dans une analyse préliminaire que l’impact des produits chimiques, comme leur toxicité, était un domaine dans lequel on pouvait observer « un niveau de maturité probant et homogène entre les marques et les distributeurs », alors que dans le domaine de l’éco-conception des produits et des impacts environnementaux les pratiques sont « peu développées ».

Entre en jeu à ce moment le consommateur, qui par son attitude dans l’achat pourra faire une différence. En effet de manière générale en 2016, 51% des acheteurs disent vouloir consommer différemment. Une nouvelle tendance se créée : la Slow-Fashion, en opposition à la Fast-Fashion. Une mode durable, écologique et responsable. Jennifer Muller, la Principal Data Service Manager de Launchmetrics constate que par exemple sur instagram les mots clés « fair trade », « eco fashion », « ethical fashion » sont de plus en plus utilisés. Les stars, à l’effigie d’Emma Watson par exemple, sont les porte-étendards de ce nouveau mouvement éco-responsable.

Pour répondre à cette demande, les grandes entreprises textiles revoient leurs collections pour proposer un service respectueux de l’environnement et des travailleurs textile. Nous pouvons citer par exemple H&M et sa nouvelle collection « Conscious » : des vêtements en coton bio, des accessoires faits en vieux jeans, respect de l’environnement. Le groupe va encore plus loin avec un projet à long terme : utiliser 100% de matériel recyclé d’ici 2020. Anna Gelda, responsable du développement durable chez H&M explique : « Nous voulons donner l’exemple, ouvrir la voie et essayer de nouvelles choses, tant d’un point de vue environnemental que social, pour rendre la mode plus durable et le développement durable à la mode ».
Les Galeries Lafayette ont également lancé une nouvelle collection « Fashion Integrity », une collection 100% traçable par les consommateurs. La directrice des Talents et du Développement durable de l’enseigne explique « On se doit d’être exemplaire. On ne peut pas être transparent et développer nos produits dans des usines miteuses ! ». Leur ambition est d’intégrer ce principe dans tous les produits de la marque.

Malgré des années de dérive dans l’économie textile il semble que grâce aux consommateurs les entreprises commencent à entrevoir la possibilité de changer leurs méthodes de production et de vente pour un commerce plus responsable et écologique. Hélas peu d’entre elles ont manifestés leurs enthousiasmes sur ce projet jusqu'à présent.