Le coût de la vie, grand enjeu du nouvel agenda français après les élections

L’inflation en France s’est accélérée pour atteindre son plus haut niveau depuis 1980, malgré un IPC inférieur à la moyenne européenne. La ville de Paris tremble d’inflation.

La colère contre le coût de la vie qui a stupéfié Emmanuel Macron au début de son mandat de cinq ans mijote à nouveau, transformant la principale confrontation lors de l’élection avec la dirigeante nationaliste Marine Le Pen pour la présidence française en une compétition beaucoup plus serrée.

L’inflation n’a pas été aussi forte en France depuis les années 1980 et les sondages montrent que joindre les deux bouts est la principale préoccupation des électeurs, bien au-dessus de l’incertitude concernant la santé et la sécurité.

Macron a anticipé le risque de sa réélection en dépensant des sommes importantes plus tôt cette année pour plafonner les prix de l’énergie pour les ménages, mais d’un autre côté, Le Pen a pleinement accéléré sa campagne sur ce que les Français appellent son “pouvoir d’achat”.

Une vie chère

La crise du coût de la vie est de loin le plus gros problème pour les électeurs français en 2022 et les inquiétudes se sont accrues ces dernières semaines alors que l’invasion russe de l’Ukraine a fait grimper les prix de l’énergie.

Le Pen a promis des mesures radicales, notamment l’élimination des taxes de vente sur certains biens et l’exonération des taxes sur les entreprises si elles augmentent les salaires de plus de 10 %.

Cela a trouvé un écho auprès des électeurs et des débats qui, selon un sondage, ont déclaré que Le Pen avait de meilleures réponses que Macron lorsqu’il s’agissait d’augmenter ses revenus, même s’ils estimaient qu’il ferait un meilleur président pour l’économie dans son ensemble.

Si les prix expliquent la confiance, les Français ont raison de s’inquiéter. L’inflation de 5,1 % est la plus forte depuis que l’euro est devenu la monnaie du pays il y a plus de 20 ans.
En utilisant des mesures de la pression des coûts pré-euro, les augmentations de prix annuelles n’ont pas été aussi fortes depuis plus de trois décennies. Les anticipations d’inflation sont au plus haut depuis que l’agence statistique de l’Insee a commencé à évaluer les préoccupations relatives aux prix en 1972.

Un argument que Macron avait de son côté est que la crise des coûts n’est pas aussi douloureuse en France que dans la plupart des autres pays européens, du moins pas encore. Son gouvernement a affecté environ 25 milliards d’euros (27 milliards de dollars) cette année pour couvrir le coût de diverses mesures, du plafonnement des prix de l’électricité à la réduction temporaire des taxes sur l’essence. En mars, l’Insee estimait que les mesures réduisaient le taux d’inflation de la France d’environ 1,5 point de pourcentage.

Le coût de la vie, grand enjeu du nouvel agenda français après les électionsPerspective modifiée

Lors des cycles électoraux précédents, les ménages français étaient devenus optimistes dans les mois précédant le vote, même si leurs espoirs étaient généralement déçus peu après l’élection d’un nouveau chef. Cette fois, le gouvernement fait face à un vent contraire anormal : la mesure officielle de la confiance des consommateurs français suit une tendance à la baisse depuis juin de l’année dernière.

Différence de salaire

Lors du premier tour de scrutin du 10 avril, les deux candidats ont amélioré globalement leur part de voix par rapport à 2017. Mais Macron, surnommé le “président des riches” par ses rivaux de gauche, n’a pas fait autant de progrès que Le Pen en circonscriptions où les salaires sont les plus bas. À l’autre extrémité du spectre des gains, le titulaire a recueilli plus de soutien que son rival nationaliste dans les zones où les revenus sont plus élevés.

Laisser un commentaire

Voter