Mutilation sur des chevaux en France

Multiplication d’attaques sur chevaux dernièrement

C’est avec tristesse et colère que de nombreux propriétaires d’équidés, constatent que leurs animaux sont agressés très violemment. Cela se déroule dans plusieurs régions du pays et pour le moment, on ne sait pas qui est à la tête de ces actes macabres et barbares. Essayons de mieux comprendre la situation, par le biais des informations apparaissant au sein du journal Le Parisien (site officiel).

Pour résumer les faits, il faut savoir que depuis février 2020, de nombreux cas de mutilations sur chevaux, poneys et sur des ânes sont constatés. Depuis, on estime plus de 30 cas similaires au sein de plusieurs régions et cela provoque littéralement la panique auprès des propriétaires et des éleveurs de chevaux. Des actes de cruauté sont constatés et pour ne citer que quelques exemples, des animaux ont été retrouvés lacérés, mutilés et dans plusieurs cas, des chevaux ont succombé à leurs blessures.

Cela se passe dans l’Aisne, dans la Somme, dans l’Essonne, en Seine-Maritime, dans le Loiret et un nouveau cas vient d’être dénoncé dans le Morbihan. Dans ce cas précis, la pauvre jument a été lacéré et on s’en est même pris aux parties génitales de l’animal qui n’a malheureusement pas survécu. C’est la stupeur, car on ne comprend pas comment cela est possible et pourtant c’est le cas. C’est pourquoi, des enquêtes sont en cours et l’affaire est prise « très au sérieux » par les brigades locales.

Un gang de psychopathes ?

À ce stade tout est envisagé et selon plusieurs médias, les hypothèses sont nombreuses. Les animaux peuvent être victimes de déséquilibrés, de rituels sataniques ou bien d’une espèce de secte qui s’en prendrait aux équidés. De plus, le ou les responsables semblent laissé « une signature » car on constate que les animaux touchés ont pour la plupart l’oreille sectionnée. Est-ce un signe qui pourrait aider les enquêteurs pour la suite ?

Bien que les coupables et les motivations restent encore inconnus, l’affaire des mutilations sur chevaux est prise au sérieux et ce sont de véritables investigations qui sont actuellement menées. Entre prélèvements, recoupements et recherches téléphoniques rien n’est laissé au hasard. Les actes sont tellement violents que plusieurs Procureurs de la République, de plusieurs territoires multiplient les dispositifs d’enquête. Espérons que les investigations mèneront au plus vite vers le ou les coupables.

Face à cela, nous avons forcément des propriétaires dépassés par la situation qui ne savent plus quoi faire pour protéger leurs animaux. En plus de la profonde tristesse et de l’incompréhension, la colère gagne chacun d’entre eux. La Fédération Française d’Équitation a même portée plainte aux cotés des propriétaires et se porte également partie civile. On peut également constater que sur les réseaux sociaux de véritables chaînes de solidarité se multiplient.

Cela redonne un peu d’espoir et surtout cela permettrait de mettre la main sur ces détraqués au plus vite, avant que plus d’animaux ne soient touchés. On parle même de psychose, de nombreux éleveurs en Bretagne ont décidé de patrouiller de nuit et armés pour défendre leurs animaux, dans l’éventualité d’une nouvelle attaque. L’affaire prend de l’ampleur et les autorités s’inquiètent fortement pour la suite des événements.

Cet été on a pu constater ces mêmes attaques sur plusieurs poulains, sur des ânes et sur des poneys, ce qui provoque l’incompréhension la plus totale. Voici le résumé de cette triste et scandaleuse affaire de mutilations en série sur équidés, en espérant que les enquêtes donnent très prochainement des résultats, afin d’arrêter les coupables de ce massacre. Voici le lien vers l’article proposé par le journal Le Parisien juste ici et n’hésitez pas à réagir en commentaire juste en dessous.

Laisser un commentaire

Voter

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close