Bilan de la progression du covid-19

Milieu, la pression sanitaire s’accentue

Des chiffres qui continuent de grimper, des décès qui se multiplient et les établissements hospitaliers de nouveau engorgés, c’est la réalité qui frappe la France, bien que le confinement soit de nouveau imposé. D’après les sources recueillies dans le journal Le Point, on constate un total de 40.439 morts et un total de 4.500 patients en plus, au sein des services de réanimation. Le contexte actuel reste donc très critique et le personnel soignant lance de nouveau l’alerte.

Pour résumer clairement la situation depuis ce week-end, il faut savoir qu’en France, depuis ce samedi, on répertorie au nombre de 271, les personnes ayant succombées au covid-19. Sur un total de 40.439 morts depuis le début de la crise sanitaire, on constate que le virus progresse toujours, puisque ce dimanche 8 novembre 2020 plus de 300 patients ont été admis en réanimation. En effet, à l’heure actuelle on estime que plus de 4.500 personnes sont actuellement en réanimation.

Ce qui inquiète c’est le nombre total de lits disponibles dans ce service et qui aurait une portée maximale de 5.000 voire de 6.000 lits disponibles au maximum. Comment faire face, lorsque les services de réanimation sont presque complets ? La solution serait de rendre disponibles plusieurs milliers de lits en plus, avec la possibilité d’en ajouter pour comptabiliser plus de 10.000 lits. La capacité augmente et c’est tant mieux pour les patients, nécessitant une prise en charge, mais qu’en est-il de la progression du coronavirus ?

Vers un transfert de patients ?

Plusieurs régions du pays se retrouvent dans une situation délicate et du coup, certains établissements hospitaliers doivent transférer des malades vers d’autres hôpitaux. C’est ce qui a été constaté au sein de la région Grand-Est et de nombreux patients sont ainsi transférés jusqu’en Allemagne. Autre cas en Auvergne-Rhône-Alpes, afin de désengorger les hôpitaux de la région, pas moins de 200 patients pourraient également être transférés.

Afin de mieux comprendre pourquoi les hôpitaux sont autant surchargés, il est important de comprendre que sans le covid-19, les établissements de santé sont déjà chargés en cette période de l’année avec la grippe saisonnière notamment. C’est pourquoi, à l’heure actuelle où la situation sanitaire est déjà délicate, le coronavirus provoque un véritable séisme et les chiffres explosent. De plus, ajoutons que pour faire face, de nombreux étudiants en médecine sont réquisitionnés, afin de venir en aide au personnel soignant.

Ce n’est pas la seule solution, puisque depuis le mois d’octobre 2020, les déprogrammations ont déjà commencées. Autrement dit, les opérations chirurgicales concernant certaines pathologies sont reportées pour la plupart. Ce choix est une autre conséquence du coivd-19, celui de devoir choisir entre les patients, situation que voulaient justement éviter les intervenants médicaux, en appuyant le gouvernement pour de nouvelles mesures plus restrictives.

Le personnel soignant redoute déjà le début de l’année avec des estimations qui n’ont rien de rassurant pour la suite. En effet, si la reprise de contrôle sur le virus n’est pas effectuée, on pourrait d’attendre à voir à voir une situation qui pourrait devenir encore plus meurtrière. Et le renfort actuel des étudiants auprès du personnel soignant ne serait de toute façon pas suffisant (une centaine à Marseille par exemple). Manque de préparation de la part du gouvernement ? Manque d’anticipation ?

On peut se demander si le gouvernement ne serait pas dépassé par la situation, car malgré la mesure de confinement, les chiffres restent très impressionnants. On attend davantage d’information dans les prochaines heures, afin de vous tenir informés en attendant de voir si le gouvernement fera de nouvelles annonces. En attendant, restez chez vous, prenez soin de vous et au besoin, vous allez pouvoir retrouver l’article paru ce matin dans le média Le Point (format numérique).