Des traces de covid-19 dans l'eau ?

L’eau peut-elle transmettre le coronavirus ?

Après des recherches menées dans les réseaux hydrauliques de Paris, des restes infimes de coronavirus auraient été détectés. C’est pourquoi, alors que nous entamons à peine la première phase déconfinement, l’inquiétude monte et on se demande si l’eau ne pourrait pas être au cœur de nouvelles contaminations. Pour tenter de répondre à cette question, nous allons nous appuyer sur les sources parues au sein de CNews.

C’est une nouvelle qui fait l’effet d’une bombe !

En effet, au cœur des réseaux parisiens qui distribuent l’eau potable dans toute la ville et dans sa proche banlieue, des scientifiques auraient détectés la présence du covid-19, mais en quantité infime. Ce n’est pas la première fois que l’on entend ce type d’informations, car cette semaine la Tanzanie aurait effectué des recherches sur des papayes et elles auraient été déclarées positives au covid-19. La question est donc la suivante : l’eau est-ce une nouvelle menace de contagion au covid-19 ?

En partant de ce principe, on pourrait s’inquiéter de l’eau douce, de l’eau potable que nous consommons et même concernant l’eau de mer. Est-ce que c’est une préoccupation légitime ou de simples spéculations ? CNews se base sur les recherches effectuées par plusieurs scientifiques espagnols et français et en voici les principales conclusions. Dans un premier temps, avec si peu de recul face à l’infection au coronavirus on ne peut pas déterminer de causes exactes et apporter de trop conclusions hâtives.

Les recherches divulguent les premières informations

C’est pourquoi les chercheurs espagnols ont établi des analyses concernant l’eau de mer, l’eau douce des rivières et des lacs ou encore concernant l’eau chlorée des piscines. Selon les premières constatations, l’eau de mer ne serait pas à craindre, car aucune trace du covid-19 n’aurait été retrouvée. Cette affirmation semble se confirmer par d’autres biologistes français qui ont effectués des analyses sur les côtes de la Bretagne, de la Méditerranée et de la Normandie.

L’eau de mer étant sûrement sans danger, qu’en est-il des eaux douces ?

C’est le contraire qui semble se produire au sein des rivières et des lacs où le virus semblerait s’acclimater beaucoup mieux. D’autres analyses ont démontré que le covid-19 serait plus « présent » au sein des rivières et des lacs. La prudence est donc renforcée pour ces lieux où les gens ne pourraient pas se baigner, en raison d’un danger éventuel. Pour plus de précisions, il faut savoir que le virus survivrait plus longtemps dans les eaux douces et que la transmission se ferait principalement par des secrétions libérées dans l’eau ou par contact direct avec une personne infectée. La température de l’eau douce pourrait avoir une plus grande influence, en comparaison avec l’eau de mer qui est différente et les courants marins changent sûrement la donne.

Pour le moment d’autres recherches seraient en cours pour en savoir davantage, mais pour le moment le gouvernement semble miser sur la prudence en « évitant ces milieux aquatiques ». Et concernant les piscines ou encore les saunas ? Les piscines sont chlorées, donc en principe moins de risques, mais une fois encore le fait que les piscines soient fréquentées par beaucoup de personnes, ces lieux pourraient aussi représenter un « foyer » dangereux. C’est la raison pour laquelle ces endroits comme les piscines municipales et autres endroits comportant des saunas restent fermés.

Le danger de contamination peut affecter les fruits de mer ?

Les chercheurs étudient des mollusques comme les huîtres ou encore les moules en France et aucune trace de coronavirus. Pourtant d’autres recherches complémentaires sont en train de se dérouler pour s’en assurer avec de nouveaux échantillons. Ce que l’on peut conclure avec toutes les informations présentées sont les suivantes : l’eau potable ne représente pas un danger car l’eau du robinet est traitée constamment pour éliminer tous les germes, comme c’est le cas pour les eaux usées déversées dans l’océan.

Donc a priori pas de situation alarmante.

Concernant l’eau de mer c’est la même chose. En revanche les rivières et les lacs possédant d’autres environnements et surtout des températures différentes, que le covid-19 apprécierai plus. C’est la raison pour laquelle, ces lieux sont maintenus à distance des gens. Les piscines en soi ne sont pas dangereuses, mais l’éventuelle concentration de personnes fréquentant ces endroits pourraient tout changer. On va sûrement devoir se contenter des plages, en respectant les normes strictes de sécurité et en attendant plus de renseignements sur le sujet, prenez soin de vous !