Imprimer du matériel médical à Paris ?

Paris : découvrez les compétences de ces imprimantes 3D

Il s’agit d’une nouvelle qui concerne un des établissements de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et d’un don reçu pendant la période de confinement. On sait désormais que les imprimantes 3D permettent de produire des objets aussi insolites qu’utiles et dans ce cas précis, on va aborder un sujet en lien direct avec la crise sanitaire. Les informations divulguées au sein de cet article, sont reprises par un article paru en ce jour au sein du journal Le Parisien.

Au sein d’un des établissements de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), un don exceptionnel d’imprimantes 3D dernière génération a été effectué, afin de permettre la production de matériel de protection. Cette donation a été faite par le groupe Kering (un groupe français spécialisé dans le luxe) qui a offert 60 imprimantes de ce type. Le but initial était de proposer ces produits dernier cri, afin de permettre la production de visières de protection lorsque la vague de covid-19 a déferlé.

Toujours selon le journal Le Parisien, on peut voir des photographies où les imprimantes sont correctement posées et la salle paraît être tout droit sortie d’une usine de production industrielle. Sauf qu’après avoir produit des visières de protection à tout le personnel soignant, ainsi qu’aux patients, ces imprimantes 3D produisent désormais autre chose. Afin d’éviter tout contact avec les portes et donc de prendre le risque de contaminer les usagers, les imprimantes produisent des adaptateurs pour les poignées de porte et surtout du matériel médical sur mesure.

Une idée aussi révolutionnaire qu’utile

En effet, ces adaptateurs sont directement faits sur mesure et cela permet de mieux protéger tous les intervenants du milieu hospitalier, d’autant que ce type d’adaptateur est introuvable sur le marché actuel. C’est l’idée originale de Roman Khonsari (chirurgien à l’hôpital Necker de Paris et passionné de technologie) qui avec l’aide d’un ami, (fondateur de la compagnie Bone 3D) avaient proposé cette idée de production. Très rapidement, cette idée a fait parler d’elle et le pari était lancé de faire beaucoup plus.

Et puis, très vite la question suivante s’est posée : et si on produisait du matériel médical plus spécifique ? Ce serait génial d’autant que le coût de production est très accessible. Sauf que ce qui coince c’est la règlementation gouvernementale en vigueur et pour cela il faudrait avoir l’autorisation de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament pour toutes les productions en 3D. Et pour le moment, produire certains objets destinés à un usage médical, ne sont pas tous encore tous reconnus par cet organisme. Mais cela n’empêche pas de faire émerger l’idée et de faire prendre vie via d’autres objets. Et la demande est bien présente !

Pour prendre un exemple concret, il faut savoir que du matériel médical c’est cher de base, mais avec les imprimantes 3D qui peuvent produire des objets à la demande et sur mesure, sans passer par des entreprises spécialisées c’est une idée séduisante. Cela permettrait d’éviter des ruptures de stock, de faire de grandes économies et cela concerne par exemple des objets de maintenance comme la « tulipe ». Il s’agit d’un petit objet qui permet de s’accrocher au lit d’un patient opéré et qui facilite le maintien des tuyaux, apportant notamment de l’oxygène ou de la médication.

De plus cela permettrait de ne plus se rendre dépendant de certaines entreprises étrangères dont la Chine ou les États-Unis !

On peut produire également des produits comme des appuis pour la tête, des béquilles et autres objets sur mesure et c’est vraiment génial ! Est-ce la révolution dans l’univers médical ? Oui sans doute, en tout cas si vous souhaitez retrouver la version parue au sein du journal Le Parisien, cliquez ici. Enfin, si cet article vous a plus vous avez la possibilité de commenter sous cette description car comme toujours, votre avis compte.