Un calendrier de déconfinement qui va changer ?

La France reste prudente face au covid-19

Qu’en est-il des fêtes de Noël ? Jusqu’au bout le suspens sera présent et on rappelle que les chiffres sanitaires sont la clé de la suite éventuelle du déconfinement en France. Pour autant rien n’est gagné et au contraire, le gouvernement se veut toujours très prudent. Olivier Véran (Ministre de la Santé) a d’ailleurs tenu a rappelé aux Français (depuis le plateau de LCI, le dernier 8 décembre 2020) que la situation sanitaire n’est pas pour le moment, la plus idéale qui soit et qu’au besoin, le calendrier de déconfinement peut « bouger ». Voici donc plus de détails sur le contexte actuelle à la veille des fêtes de fin d’année, en reprenant des infos parus dans le 20 Minutes.

Entre prudence et inquiétude ?

Olivier Véran a été honnête sur le plateau de LCI en ce mardi soir, parce que ce n’est pas forcément ce qu’attendaient les Français, mais la situation sanitaire est le baromètre déterminant pour un éventuel déconfinement. Clairement l’objectif fixé par l’État était de passer sous la barre des 5000 cas de covid-19 et en fait, en ce début mois de décembre 2020, l’objectif ne devrait pas être atteint. En cause ? Une recrudescence qui se fait un peu partout et à l’approche de l’hiver, bien que les restrictions soient en vigueur, le virus affecte toujours. C’est la raison pour laquelle, une sorte de dilemme est en train de se jouer pour le prochain 15 décembre 2020.

En effet, on rappelle que le prochain 15 décembre 2020, le déconfinement est censé débuter, mais avec les données chiffrées du moment, il est fort possible que le calendrier en lien avec le déconfinement ne soit perturbé. Entre un seuil limité à 5000 nouveaux cas de covid-19 par jour et plus ou moins entre 2.000 à 3.000 personnes admis en réanimation, autant dire que l’objectif ne sera pas atteint. Entre la semaine dernière et ce début de semaine, on relate environ 10.000 nouveaux cas de covid-19 chaque jour dont 13.000 ce mardi 8 décembre 2020. Les Français se demandent alors si les fêtes de fin d’année seront mises entre parenthèses non ?

Des fêtes de fin d’année confinées ?

Alors comme le rappelle Olivier Véran plusieurs hypothèses sont possibles et une nouvelle fois, pas d’anticipations ni d’affirmations possibles. Soit le déconfinement sera maintenu au 15 décembre 2020 ou pas du tout, mais il est également possible que la mesure de déconfinement soit allégée mais tout de même confirmée par un couvre-feu qui de toute façon sera présent. Pour être clair, cela dépendra tout simplement du Conseil de Défense qui va se tenir aujourd’hui même, donc d’ici demain (jeudi 10 décembre 2020) Jean Castex évoquera la décision dudit conseil. En tout cas il est important de souligner que le gouvernement déploie tous les moyens, afin de « sauver » les fêtes de fin d’année, tout en restant alerte.

Avoir le sens des responsabilités et le mot d’ordre si nous voulons pouvoir réveillonner en famille, en sachant que les recommandations sont de 6 adultes au maximum pour le réveillon (sans compter les enfants). C’est la raison pour laquelle, il est nécessaire voire vital que les fêtes de fin d’année se fassent dans la plus stricte intimité possible, afin que le covid-19 ne profite pas de cette période pour refaire davantage de dégâts. De plus, il est important de faire preuve de la plus grande vigilance, en attendant que le vaccin ne fasse son entrée sur le territoire français dès décembre 2020 voire pour janvier 2021. C’est à cette occasion qu’Olivier Véran a tenu à rassurer les Français sur le vaccin des laboratoires de Pfizer et Moderna.

Ces vaccins subiront encore plus de tests, afin de garantir aux Français une solution vaccinale fiable et avec un suivi. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’UE s’est accordée 3 semaines de plus, afin de faire davantage d’analyses sur ces vaccins, contrairement au Royaume-Uni qui va débuter ses premières campagnes de vaccination. Pour cela, Olivier Véran ajoute que les vaccins en question ne représentent aucune « dangerosité » puisqu’on n’injecte pas le virus, mais des cellules, allant reproduire une protéine du virus, donc pas d’entrée dans l’ADN humain. Cette explication vise à faire taire des rumeurs infondées qui causaient déjà une vive appréhension, mais nous vous tiendrons informés très vite c’est promis.

Si vous le souhaitez, l’article du 20 Minutes vous attend ici.