Vaccin covid-19 : des volontaires mobilisés

Des volontaires testent le vaccin contre le covid-19

Depuis quelque temps déjà, d’après l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) fait appel à des volontaires, dans l’objectif d’essayer des potentiels vaccins contre le coronavirus. Hier dans la journée, ce même organisme avait annoncé qu’au total, 25.000 volontaires étaient actuellement prêts à faire avancer la recherche. Afin de vous transmettre tous les renseignements que nous avons, nous allons baser nos propos via les infos du journal Midi Libre (version numérique).

L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) est néanmoins toujours à la recherche de nouveaux candidats.

C’est un projet qui est en place depuis le début de la crise sanitaire en France et dans d’autre pays du globe que de mettre au point un vaccin viable. Cela permettrait dans les grandes lignes de mettre fin à cette période de crise sanitaire que nous traversons. Oui mais voilà dans les faits, mettre au point un vaccin, même en 2020 prend du temps et demande de faire des essais encore et toujours. Le but étant de trouver LA formule adéquate, le bon dosage et surtout, d’observer la réaction de l’organisme sur du moyen et surtout, sur du long terme.

C’est la raison pour laquelle les centres de recherche, travaillent sans relâche et continuent de faire appel à des volontaires. De nombreux projets de mise au point d’un vaccin sont en cours, mais un a été lancé il y a peu (depuis le 1er octobre 2020) et il se nomme « Covireivac », si jamais cela vous intéresse pour plus d’infos. L’objectif est simple, plus le nombre de volontaires sera important et plus les « recrutements » sur des profils dits « cibles » pourront se faire. Cela assure plus d’essais cliniques et donc la possibilité de voir apparaître des résultats concluants « au plus vite ».

Renseignements sur le volontariat

En d’autres mots quels sont les critères pour devenir candidat ? Pour commencer, chaque individu devra se rendre sur le site www.covireivac.fr. Ensuite il va falloir remplir un premier questionnaire de santé (évidemment), ce qui permettra aux chercheurs de faire leur sélection de profils. Ce que l’on sait c’est que le candidat pourra être contacté si le profil est « retenu » et celui-ci devra confirmer une nouvelle fois, son accord pour le test. Rappelons que les personnes volontaires peuvent également changer d’avis et se rétracter sans aucun problème, c’est évident mais c’est aussi important de le souligner.

Dans d’autres cas, le candidat peut ne pas être recontacté du tout (cela dépend de chaque cas et des besoins pour les essais). Ensuite, si le profil du candidat volontaire est retenu et que celui-ci est toujours d’accord pour passer au test, il est primordial de souligner qu’en France deux types d’essais cliniques sont effectués. Le premier étant « l’essai phase 2 » qui consiste à étudier la réaction de l’organisme (réponse immunitaire), après inoculation d’une solution sur des profils dits âgés.

Le second test correspond à « l’essai phase 3 » et toujours après inoculation d’une solution, consiste à étudier l’efficience et les réponses de l’organisme en termes de sécurité sur un grand nombre de candidats (profils de différents âges). On considère et ce, toujours d’après l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) que les essais débuteront d’ici fin 2020. Précisons que les essais sont privilégiés au sein des secteurs où le virus est le plus présent, tout comme le « recrutement des volontaires ».

Enfin, les individus ayant été en contact avec le covid-19 et ayant des anticorps intéressent également les chercheurs, donc si vous souhaitez devenir vous-même volontaire, rendez-vous sur www.covireivac.fr et renseignez-vous. En attendant voici le condensé des essais cliniques en cours sur le territoire français, tout en sachant que la mobilisation reste générale et internationale. Pour plus d’infos, veuillez vous rapprocher de l’article de Midi Libre juste ici.