L’espace et la pollution humaine

L’espace, nouvelle poubelle humaine ?

Il est vrai que la question se pose, quand on se rend compte que de plus en plus de satellites sont envoyés en dehors de la Terre et ce, depuis plusieurs années. Sauf que ce qui orbite ne se résume pas seulement à des satellites, mais de nombreux déchets y seraient également présents. Est-ce une situation viable ? Peut-on dépolluer l’espace ? Doit-on craindre un retour de bâton ? Nous allons essayer de répondre le plus simplement possible à ces questions en vulgarisant au maximum le sujet, par le biais d’un article paru récemment au sein du magazine Sciences & Vie.

Multiplication des explorations spatiales

Depuis des années, l’Homme est attiré par l’espace la tête dans les nuages et il est vrai que la conquête de l’espace est une véritable fascination. Instructif sur le plan scientifique, on peut notamment citer le lancement de nombreux satellites orbitaux, de multiplies missions internationales effectuées, on se souvient aussi des premiers pas sur la lune et aujourd’hui des projets de « tourisme » dans l’espace se laissent même entendre. Mais au final, est-ce que l’être humain ne serait pas en train de polluer considérablement l’espace ? C’est la grande question d’autant que d’après Sciences & Vie des millions de fragments seraient en orbite au-dessus de notre planète Terre…

Le pire de tout cela est que ces déchets qui se composent essentiellement de satellites cassés, obsolètes, de débris de fusées et autres morceaux de ferraille, seraient en orbite à quelques centaines de kilomètres de la Terre (à peine). Allant de la plus petite taille (quelques millimètres voire quelques centimètres) aux plus grande tailles (plusieurs mètres de circonférence pour plusieurs centaines de kilogrammes), ces fragments pourraient même gêner l’avancée des autres satellites en fonction. Que faire ? Les scientifiques ne restent pas les bras croisés et de nouvelles idées émergent. On parle même de dépollution spatiale, par le biais de moyens révolutionnaires, mais est-ce possible ?

Dépolluer l’espace nouveau projet en vue ?

Effectivement depuis quelque temps, plusieurs experts se demandent si un « nettoyage spatial » ne serait pas la solution. Un projet sérieux avait même émergé en 2018 aux États-Unis, afin de voir comment pourrait-on récupérer ces déchets. Depuis, plusieurs essais ont été réalisés un peu partout dans le monde et une mission nommée RemoveDebris (menée le Surrey Space Centre, en Angleterre) aurait mis en place deux techniques différentes pour y parvenir. Ces deux techniques s’inspirent directement de la récolte un peu comme à la pêche, à part que les prises, ne sont pas des poissons.

Un « satellite éboueur » mis en place, armé d’un filet et d’un harpon.

L’idée serait donc de lancer une sorte de filet, afin de récolter les différents fragments en les emprisonnant ou alors, de harponner les plus gros déchets. Il aura fallu plusieurs années, afin de mettre en place le filet en question qui se doit d’être résistant et adapté (évitant que celui-ci ne s’emmêle par exemple). L’idée est ensuite d’adapter plusieurs petits moteurs au filet, afin que celui-ci s’éloigne au maximum de la Terre avec sa prise, avant de se consumer et de disparaître totalement. Concernant le harpon, des essais ont également été menés pour que celui-ci détruise directement les déchets sans recréer de nouveaux fragments, via un système de choc par collision.

Ces projets sont menés depuis plusieurs années et à terme, il est fort possible que le « satellite éboueur » se démocratise. En attendant ce projet de nettoyage de l’espace est une réponse concrète à un non respect de normes pourtant en vigueur. Depuis les années 2000, le Comité Interagences Spatiales (IADC) avait pourtant essayer de faire respecter une règlementation, concernant les déchets présents dans l’espace. Sauf que cela n’est pas vraiment respecté pour la moitié des missions menées et encore moins, lorsque les missions s’éloignent encore plus de la Terre. Le problème ? Le manque de sanctions certainement.

Voilà concernant le projet déjà en cours, afin de rendre plus propre l’espace et pour tenter de réparer le mal causé (depuis des décennies). Mais est-ce suffisant ? Seul le temps nous le dira, en attendant si ce résumé vous a plu, nous vous invitons à retrouver à tout moment, la version de Sciences & Vie juste ici depuis le lien et n’hésitez pas à réagir si vous le souhaitez, afin de nous faire connaître votre avis sur la question.

Laisser un commentaire

Voter

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close