La France confirme son premier cas de variole du singe

Un premier cas confirmé de variole du singe a été détecté jeudi en Île-de-France (région parisienne), ont annoncé vendredi les autorités sanitaires.

Il s’agit d’un homme de 29 ans sans antécédents de voyage dans un pays où le virus circule, a indiqué la Direction générale de la santé et de la santé publique française. Dès que son infection a été suspectée, cette personne a été prise en charge et, vu le manque de gravité, elle est isolée à domicile.

Les équipes de Santé publique France et de l’Agence régionale de santé d’Île-de-France, en collaboration avec le médecin qui avait soigné cette personne, ont mené une enquête épidémiologique approfondie.

Les personnes qui ont été en contact étroit avec ce patient sont en cours d’identification. Ils recevront des informations des autorités sanitaires sur ce qu’il faut faire pour limiter la propagation du virus.

Autres cas détectés au Canada

De son côté, le Canada a confirmé avoir détecté jeudi soir deux premiers cas de variole du singe chez hommes.

“La province de Québec a été informée du résultat positif du test variole du singe dans deux échantillons reçus par le Laboratoire national de microbiologie. Il s’agit des deux premiers cas confirmés au Canada”, a expliqué l’Agence canadienne de santé publique dans un communiqué.

D’autres cas suspects sont en cours d’analyse dans la ville francophone de Montréal, ont indiqué les autorités canadiennes. La direction régionale de la santé publique de la même ville a évoqué 17 cas suspects lors d’une conférence de presse matinale.

Plusieurs dizaines de cas suspects ou confirmés de variole du singe ont été détectés depuis début mai en Europe et en Amérique du Nord, faisant craindre que la maladie ne commence à se propager.

Qu’est-ce que la variole du singe ?

Variole du singe est une maladie rare originaire d’Afrique. Le virus peut être transmis par contact direct avec des lésions cutanées ou des muqueuses d’une personne malade, ainsi que par des gouttelettes. Elle peut également se transmettre par contact avec l’environnement d’une personne malade (literie, vêtements, vaisselle, serviettes de bain).

Depuis le 14 mai, des cas confirmés d’infection par ce virus non directement liés à des voyages en Afrique centrale ou occidentale ont été signalés dans plusieurs pays d’Europe, au Royaume-Uni, au Portugal, en Espagne, en Suède et en Italie, ainsi qu’aux États-Unis et en Canada.

Des cas suspects sont en cours d’évaluation dans de nombreux pays et la situation évolue rapidement, selon les autorités sanitaires.

La France confirme son premier cas de variole du singe

Ce qu’il faut retenir de cette maladie:

  • L’infection virale commence par une fièvre, souvent élevée, accompagnée de maux de tête et de fatigue.
  • Après environ deux jours, une éruption vésiculeuse se développe, des croûtes se forment, puis guérissent. Les démangeaisons sont habituelles.
  • Les bulles ont tendance à se concentrer sur le visage, la paume des mains et la plante des pieds. Les muqueuses sont également touchées, dans la bouche et dans la région génitale.
  • La période d’incubation de la maladie peut aller de cinq à 21 jours. La phase de fièvre dure entre un et trois jours.
  • La maladie est généralement bénigne et guérit généralement spontanément après deux ou trois semaines.
  • Variole du singe est une maladie rare dont l’agent pathogène peut être transmis de l’animal à l’homme et vice versa.

Lorsque le virus survient chez l’homme, c’est généralement par contact avec des animaux sauvages, des rongeurs ou des primates, par exemple. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi qu’elle s’intéressait de près au fait que certains cas au Royaume-Uni semblent avoir été transmis au sein de la communauté homosexuelle.

Laisser un commentaire

Voter