L'Assemblée Nationale et les menstruations

Assemblée Nationale VS Protections menstruelles

C’est un véritable bras de fer qui se tient depuis cette semaine à l’Assemblée Nationale ! En effet, suite au décès d’une jeune adolescente, dû au syndrome du choc toxique il y a peu et suite aux études, qui montrent une grande toxicité dans les protections intimes, le gouvernement promet donc plus de transparence.

Mieux vaut tard que jamais 

Selon le journal Libération, paru le 11 février 2020, vous pourrez lire que l’Assemblée Nationale semble vouloir prendre de nouvelles dispositions, afin de mieux protéger les femmes. En effet, une femme au cours de sa vie, aura ses règles plus de 450 fois en moyenne, en toute logique les protections intimes se doivent de protéger et non de mettre en danger. C’est toute la subtilité de ce débat, relancé suite à de nombreuses demandes et plusieurs pétitions apparues au fil du temps.

Souvenez-vous, il y a moins d’un mois, une jeune adolescente belge de 17 ans, perdait la vie à cause du syndrome du choc toxique, sans oublier en 2018, une taxe (écologique) qui apparaît sur les protections intimes pour en augmenter le prix et bien entendu, on se souvient encore des récentes études nationales et internationales, qui démontrent (clairement) que des dérivés très toxiques sont présents dans les serviettes et les tampons de protection

La liste est longue et la coupe est pleine !

De façon très générale, ce qui est demandé est très simple, plus de transparence sur la composition des protections, exit les produits toxiques, plus de considération et aussi plus de contrôle sanitaire. En effet, il faut savoir que ce qui avait fait scandale est que des dérivés de molécules comme la dioxine, le furane et même du glyphosate, un produit qui apparait notamment dans les produits pour désherber (WTF).

Un sujet d’intérêt général

Saviez-vous qu’aujourd’hui aucune loi n’oblige les industries à faire apparaitre la composition dans les protections féminines ? C’est également ce qui est dénoncé, car il est important que chaque femme puisse vivre sa période de menstruation, sans risquer de jouer avec sa vie. En effet, rappelons que toutes les substances toxiques retrouvées dans la compo’ des tampons par exemple, sont de véritables perturbateurs endocriniens et sont donc fortement cancérigènes.

Dire non au poison dans les tampons !

Le sujet fait débat mais le sujet nous concerne tous homme ou femme, car la présence de certains produits est juste inappropriée, dangereuse et scandaleuse. Imaginez que ce soit votre fille, qui soit touchée par une maladie due aux compositions douteuses des protections hygiéniques ? Imaginons qu’à terme votre femme devienne stérile, à cause des traces de pesticides dans les serviettes hygiéniques utilisées ? Pour toutes ces raisons, il est important de mettre en place des lois et d’obliger les industries à plus de transparence et surtout à plus de contrôle.

Comme le résume parfaitement l’article paru dans Libération, il s’agit d’un véritable phénomène de société et la France a encore de nombreux progrès à faire en la matière. Chose positive : le débat est ouvert et les femmes semblent déterminées à faire avancer les choses.

Et vous qu’en pensez-vous ?