Élections France 2022 : Macron bat l’extrême droite Le Pen et promet “un mandat renouvelé”

Pour la troisième fois, la France a une nouvelle fois empêché l’extrême droite de gouverner le pays. Emmanuel Macron a réussi à être réélu président ce dimanche et a réussi à l’emporter sur Marine Le Pen lors de la deuxième élection présidentielle, une nomination qui a mis le pays et l’Europe en haleine. Selon les données définitives du ministère de l’Intérieur, avec 100% scrutées, il obtient 58,55% de soutien, contre 41,45% pour Le Pen, qui malgré la défaite obtient ses meilleures données.

On ne sait pas si le Macron au poil de poitrine assis dans un fauteuil a gagné, celui au sweat façon Zelensky, celui au visage inquiet après avoir parlé avec Vladimir Putin, celui qui courtisait la gauche dans ses derniers meetings, le celui qui a regardé bras dessus bras dessous croisés à Le Pen dans le débat télévisé ou celui qui a boxé il y a quelques jours dans un quartier décharné de Paris pour aller chercher des voix.

Ce candidat présidentiel aux mille visages occupera encore cinq ans l’Elysée et c’est lui qui devra relever les défis importants, surtout gérer le pays divisé avec un profond ennui et mécontentement. L’échantillon est que l’abstention, 28%, a été la plus élevée depuis plus de 50 ans. Un électeur sur trois est resté chez lui, la plupart étant des électeurs d’autres partis qui ont refusé de voter pour Macron, pas même d’arrêter Le Pen. Au premier tour, Macron a réussi à l’emporter sur sa rivale avec 27,8% des voix, contre 23,1% de soutien.

Bien que Le Pen ait obtenu son meilleur résultat, la mobilisation du soi-disant bouclier républicain a fonctionné, qui ne se rend aux urnes que pour l’empêcher de gagner. C’est arrivé en 2002, lorsque son père, Jean Marie Le Pen, a réussi à éliminer le socialiste Lionel Jospin dès le premier tour électoral. Le pays a ce moment gravé sur le feu et dans les trois derniers rendez-vous électoraux auxquels s’est présenté Le Pen, son adversaire a fait appel à cette mobilisation contre l’extrême droite.

Macron entrera dans l’histoire non seulement comme le plus jeune président de la Ve République (lorsqu’il a gagné en 2017, il avait 39 ans), mais comme l’un des rares à avoir réussi à être réélu, avec Charles de Gaulle, François Mitterrand ou Jacques Chirac. Il est aussi l’un de ceux qui suscitent le plus de rejet, étant considéré comme arrogant et éloigné des problèmes de la rue.

Élections France 2022 : Macron bat l'extrême droite Le Pen et promet "un mandat renouvelé"

PRÉSIDENT DE TOUS

Pour cette raison, conscient de la fracture qui existe dans la société et que sa victoire est en partie grâce à ce bouclier français contre l’extrême droite, Macron s’est adressé à tous ces Français qui ont voté pour lui à contrecœur ce dimanche, ceux à qui ils sont restés maison, et même ces 41% qui ont choisi Le Pen. Il leur a promis “un mandat renouvelé”, différent de celui de ces cinq ans qui a fatigué tant de monde.

“Je sais que certains n’ont pas voté pour moi aujourd’hui parce qu’ils soutiennent mes idées, mais parce qu’ils bloquent l’extrême droite“, a-t-il déclaré dans son discours. “Je suis reconnaissant et je suis le dépositaire du sens du devoir de ce que cela signifie“, a-t-il déclaré.

Son discours a été prononcé sur le Champ de Mars, dans un cadre idyllique avec la Tour Eiffel en toile de fond, où les militants ont célébré la victoire du président dès que les premiers résultats ont été connus. Il est apparu à neuf heures et demie du soir, accompagné de sa femme, Brigitte Macron, pendant que jouait l’hymne à la joie.

Après cinq ans de transformations et de crises, avec des changements difficiles, je tiens à vous remercier du soutien que vous m’avez apporté pour continuer à le faire encore cinq ans“, a-t-il souligné entre des cris de “président“.

Il s’est adressé aux Français qui se sont abstenus et “ceux qui ont voté pour Le Pen, qui seront déçus“, a-t-il déclaré, tout en demandant aux personnes présentes de ne pas huer le candidat.

DEMI-VICTOIRE

Car au-delà de l’euphorie initiale d’avoir gagné, personne n’échappe au fait qu’il s’agit d’un triomphe doux-amer, puisque le meilleur résultat de l’extrême droite et le fort taux d’abstention révèlent le mécontentement de la société, la lassitude et que de nombreux électeurs ne ressentent pas identifié avec sa politique, mais ils ont voté pour lui pour freiner l’extrême droite. L’échantillon, ce sont les manifestations contre lui tout au long de la nuit de dimanche, à Paris mais aussi à Rennes, Nantes et Toulouse, fiefs de la gauche.

C’est la troisième fois que Marine Le Pen tente de rejoindre l’Elysée et échoue. Dès les résultats connus, il a déclaré qu’il ne lâcherait pas l’éponge ni n’entendrait se retirer, et qu’il poursuivrait la bataille en vue des élections législatives de juin, là où se forgent les majorités si que le président peut gouverner.

Le gauchiste Jean-Luc Mélenchon, qui se battra également aux élections législatives, a également déclaré que le président était le “pire élu” de tous, bien qu’il ait été reconnaissant que la France “ait rejeté Le Pen”. Le défi réside maintenant dans ce que l’on appelle le troisième tour électoral, les élections à l’Assemblée en juin

Votre entreprise mentionnée dans notre blog

Un nouveau concept publicitaire est né : nous écrivons sur notre site des articles sur votre entreprise.
Plus informations

Laisser un commentaire

Voter

Captcha anti-spam − 4 = 5